• Claire-Lise Marguier, "Le Faire ou mourir"

     

    Lecture musicale

     Thomas Baelde / Sophie Boulanger / Benjamin Collier

    « Vus de l’extérieur, ils faisaient plutôt peur, ceux de la bande à Samy, avec leur coupe de cheveux étranges, leurs vêtements noirs, leurs percings… Mais le jour où les skateurs s’en sont pris au nouveau du collège, Dam, avec son physique de frite molle, c’est Samy qui s’est interposé et lui a sauvé la mise. Et c’est comme ça qu’ils se sont rencontrés et que l’histoire a commencé. Samy a essuyé le sang qui coulait de la tempe de Dam, avec sa manche noire. C’était la première fois que quelqu’un le touchait avec autant de douceur… »

     

     

    L’histoire

     Le faire ou mourir est le premier roman de Claire Lise Marguier. Au départ c’est la fusillade de Winnenden (Allemagne) qui marque l’auteur : le matin du 11 mars 2009, Tim Kretschmer se rend armé dans le collège Albertville-Realschule – école qu'il a fréquentée jusqu'à l'été 2008. Il ouvre le feu, tue quinze personnes et se suicide. 

    Marquée par ce drame, Claire Lise Marguier se questionne sur les circonstances qui avaient pu mener Tim à une telle extrémité. Elle crée alors ce personnage de Damien.

     Damien est un garçon trop sensible, méprisé par ses copains de classe depuis toujours et incompris de ses parents. Dès l’arrivée dans son nouveau collège, il se retrouve par miracle sous la protection de la bande de gothiques et de son leader, Samy, un garçon lumineux, intelligent et doux, en dépit de son look radical. Damien devient Dam, adopte piercings et vêtements noirs et, surtout, trouve auprès de Samy un véritable ami. Peut-être plus, au point de déclencher des représailles chez son père, contre ses « mauvaises fréquentations ».

     Au fil des pages, le lecteur découvre la profondeur de la souffrance de Dam : depuis longtemps il a pris l’habitude de se scarifier les cuisses, parce qu’il est incapable d’exprimer sa souffrance et sa solitude. Car Dam a peur, de tout le monde et surtout de lui-même. Samy, à l’inverse, est un garçon bien dans sa tête et dans son corps, et sait dire très naturellement son attirance pour Dam. Résistant à la colère paternelle, Dam retrouve Samy en cachette. L’amour entre les deux garçons est si puissant qu’on pourrait espérer qu’il libère Dam de sa souffrance…

     

    « Les mots il faudrait les inventer parce qu’il en existe pas pour décrire des sensations aussi compliquées, avec des sentiments qui se mélangent tellement que tu sais plus si c’est bon ou si ça fait peur, si tu as honte ou envie, s’il faut s’arrêter ou continuer pour survivre. Parce que c’était ça l’enjeu, on aurait dit que plus que tout c’était une question de survie. »
     

    Le projet

     

     Ce projet est initié par deux comédiens, Thomas Baelde et Sophie Boulanger. Séduits par le style de l’auteur et la force du texte de Claire-Lise Marguier, touchés par les thématiques évoqués par le récit (la quête de l’identité, l’exclusion, le harcèlement moral, l’incapacité à être, et à dire qui on est, l’auto-destruction), ils décident d’adapter le roman en lecture musicale. Une lecture engagée, rock, impulsive.

    Le faire ou mourir est un roman dur, dans lequel l’auteur évoque toute la brutalité et la violence rencontrée entre 12 et 18 ans. A ces âges fragiles, les fondements même de notre identité s’établissent. On ne peut plus se réfugier dans les rêves de l’enfance, et au collège la confrontation avec les camarades de classe peut être difficile. Il faut s’intégrer, parfois à tout prix et pour cela changer – en accord ou non avec ses principes – s’affirmer, se confronter à l’autorité, adopter un comportement et des codes nouveaux.

    C’est un âge tumultueux, pendant lequel on découvre pour la première fois l’intensité des sentiments : joie, amour, passion, haine, construction, déconstruction. C’est un âge cyclotomique où l’envie de vivre succède au désespoir le plus profond.

    Si le roman de Claire-Lise Marguier a un tel succès chez les adolescents, c’est qu’il est à cette image. Dans la droite ligne de l’Herbe Bleue de Boris Vian, ou de Moi Christiane F, droguée, prostituée, de Kai Hermann et Horst Rieck, c’est un roman à la première personne, cathartique. On y partage les interrogations, les angoisses du narrateur ; on suit progressivement sa chute.

    Dans Le Faire ou mourir, deux issues sont possibles, deux fins sont écrites. L’explosion de violence et de mort côtoient l’envie furieuse de vivre ; le désastre côtoie la réussite. Parce que parfois il suffit d’un petit événement pour nous ouvrir les yeux.

    Le texte, par cette construction, incite au débat. Il met des mots sur les angoisses ressenties à cet âge. De la même manière, cette lecture propose de se terminer sur une discussion permettant au public d'aller plus loin avec le ou les intervenants choisis.

     

     

    Fiche technique

     

     Equipe : 

     Interprétation : Thomas Baelde, Sophie Boulanger

     Musique : Benjamin Collier

     Durée : 40 minutes – possibilité de faire suivre la lecture d'un débat

     Production : En toutes letttres

    Remerciements : Maison folie Wazemmes

     

     Besoins techniques (dans l'idéal) :

     2 micros

     2 pieds de micros

     1 système son (idéal : PS8)

     2 pupitres

     

    Pour plus d'informations et recevoir le dossier complet,

    contacter En toutes lettres >>>>>

     

     

     

     

     

     

    « 5 février 19h : des mots à lire, manger, écrire et habiller !13e salon du livre d'expression populaire et de critique sociale »