• Jérôme Leroy, Physiologie des lunettes noires, Mille et une nuits, 2010


    Elles s'appellent Ray-Ban, prénom Wayfarer. Ou parfois Odrey, quand on les met sur un visage Hepburn. Elles sont mythiques, elles ont été portées par tous, acteurs ou militaires, dictateurs, auteurs. Elles nourissent les imaginaires. En tout cas ceux de Jérôme Leroy qui dans ce livre repasse sa vie à leur filtre anti-UV, sorte de double miroir réfléchissant de sa vie et du monde qu'il a traversé jusqu'à présent. C'est un poil nostalgique, c'est fortement engagé, ça sent parfois le règlement de compte – façon dandy justicier et philosophe : « remercions le progrès de l'optique de nous permettre de contempler, dans un confort visuel parfait, l'insoutenable clarté de notre fin derrière des verres fumés ». Défense, illustration et papier de verre.


    Publiée sur CritiquesLibres

    Retour au sommaire

    « Colloque "Ecrire le social", 30 avril 2010L'Hybride complet pour la sortie d'Eulalie n°5 »

    Tags Tags : , , , ,